*
MontbaZine 2017









31 juillet :
Journée internationale de la femme africaine


Encore en 2017, les filles et les femmes sont toujours les premières victimes des nombreux conflits qui secouent le continent africain. Depuis une décennie au Kivu des femmes sont violées dans l'indifférence générale, des jeunes filles sont enlevées au Mali, au Ghana, au Cameroun et je ne parle là que des droits bafoués qui ont été médiatisés, le temps que les journaux en fassent leur choux gras comme des faits divers. Donc oui, en 2017, cela me semble regrettable qu'il faille une journée pour le faire, mais il me parait important qu'une telle journée existe, pour que chaque combat des femmes africaines pour faire respecter leurs droits méprisés (et ils sont nombreux) puissent être rappelés aux bons souvenirs des uns et des autres.

On en parle peu, mais son intuition première remonte pourtant à il y a un peu plus de cinquante ans...
Le 31 juillet a été consacré "Journée de la femme africaine" à l’occasion du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes (PAWO en anglais) qui s'était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974.

La date historique de 1962 souvent retenue pour cette journée est le 31 juillet 1962. Ce jour là, à Dar es Salaam (Tanzanie), des femmes de tout le continent africain s'étaient réunies pour la première fois et avaient créé la première organisation de femmes, la "Conférence des Femmes Africaines" (CFA).
Un rôle de pionnières

Le rôle historique joué par les femmes en Afrique témoigne de leur capacité de réaliser et conduire les changements sur le continent. Souvenons-nous que les peuples africains se libéraient alors peu à peu de la tutelle des pays colonisateurs.

La libération totale du continent africain, l'élimination de l'apartheid et l'instauration d'une justice commune qui défende les droits de l'Homme en tant qu'être humain, devenaient alors les objectifs prioritaires du mouvement.

Du chemin a été parcouru, du chemin reste à parcourir !

source : www.journeefemmeafricaine.com