*
MontbaZine 2017




CatalExit ?

Le retour d'une certaine forme de nationalisme et la question du lendemain d'un 1er octobre victorieux. Imaginons que le 'oui' l'emporte, indépendamment du taux de participation puisque ce référendum ne fixe pas de seuil de participation : est-ce qu'on serait face à un risque d'effet domino de revendications ?

D'abord en Espagne, avec le Pays basque ; l'ETA a déposé les armes mais le nationalisme historique existe. Mais aussi dans d'autres pays. On a pas besoin d'aller très loin pour trouver des tentations séparatistes. Surtout, on aurait un précédent très problématique, qui serait un référendum d'autodétermination unilatéral au nom des peuples à disposer d'eux-mêmes, dans un Etat de droit, qu'on peut difficilement accuser d'être une dictature.

Il y a une vraie radicalité dans le projet séparatiste, qui s'éloigne assez des racines du nationalisme catalan et qui joue sur les ressorts qu'on a trouvé dans le Brexit ou l'ascension au pouvoir de Trump, qu'on retrouve dans différentes démocraties occidentales. [Source]

Mais les partisans de la sécession n'ont pas renoncé pour autant. Au contraire. Ils assurent continuer à préparer la "déconnexion" d'avec le reste de l'Espagne telle qu'elle est inscrite dans la feuille de route de l'exécutif régional en place. "Nous travaillons pour livrer les clefs du nouvel État catalan", affirme le président régional. "Nous sommes en train de préparer les lois cadres qui permettront ensuite de convoquer les élections constitutionnelles." [Source]