*
MontbaZine 2018









Hors de portée...

La rue Gélibert était barrée ce jeudi matin pour laisser une nacelle grimper à l'assaut du clocher de l'église, car un contrôle de sécurité avait révélé récemment que le clocher n'avait pas de paratonnerre. C'est évidemment un risque pour la sécurité de l'édifice car sans paratonnerre pour les protéger, les installations électriques de l'église, notamment le système de commande des cloches, peuvent subir des dégâts importants.

Pour éviter le coup de foudre une société spécialisée pour l'entretien des clochers d'édifices religieux, avait donc été chargée de l'installation du paratonnerre manquant.

Les deux premières étapes, le forage au sol et l'enterrement d'une barre de cuivre pour dériver la foudre dans le sol ont été réalsées sans encombre.

Mais il s’est avéré qu'au moment de vouloir installer la ponte du paratonnerre on s’est aperçu que la hauteur du clocher dépassait la hauteur limite de la nacelle et que l'engin ne pouvait s'approcher d'avantage du aux fils électrique traversant près du clocher.

Il faut donc espérer qu la foudre ne s’abatte pas sur notre village avant que les spécialistes puissent revenir avec un engin plus adapté aux circonstances.


Oui mais voilà : malgré la dextérité du conducteur de la nacelle, impossible de s'approcher suffisamment du clocher pour y intervenir. Non pas à cause de la colère des corneilles du clocher dérangées par l'intrus mais parce que le clocher était trop haut pour l'engin dont l'approche était par ailleurs gênée par les fils électriques de la rue.

Il faudra donc que la société Campa revienne avec quelques grimpeurs pour escalader le clocher et pouvoir enfin poser la fameuse pointe.

D'ici là, espérons que Jupiter ne se mettra pas trop en colère et que la foudre épargnera le clocher de Montbazin et ses cloches.

MontbaZine (06-02-2018)