*
MontbaZine 2018











Évolution de la croissance démographique




Croissez et multipliez !

Et Dieu a dit à Adam et à Eve : "Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre"...

"Bon les gars, il est peut être temps de ralentir !"


Il y a 50.000 ans la population humaine ne dépassait pas le million. Avec l’invention de l’agriculture, il y 10.000 ans, les hommes se multiplient. Ils sont environ 250 millions au début de l’ère chrétienne et la population restera à ce niveau pendant des siècles. Au tournant du premier millénaire, commence une timide croissance de la population. Les 500 millions d’habitants sont atteint au 17ème siècle. S’enclenche alors une croissance exponentielle. Le premier milliard d’être humains est atteint en 1800. Un peu plus de 100 ans après le deuxième milliard est enregistré vers 1925. Le quatrième arrive en une cinquantaine d’années, en 1975. Le 6ème milliard est atteint en moins de 25 ans, avant l’an 2000, le seuil du 7ème milliard d’humains est franchi en moins de 11 ans, en 2011. Selon les Nations-Unis en 2050 la terre comptera 10 milliards d’habitants et la population mondiale devrait atteindre son apogée à environ 11 milliards d’habitants d’ici la fin du siècle.

Si la croissance de la population humaine est spectaculaire, sa décroissance risque de l’être tout autant mais probablement pas avant 2150. L’évolution des modes de vie et les changements profonds des mentalités produiront sans doute une baisse considérable de la fertilité biologique de l’espèce humaine.

En Europe le nombre d’enfants par femme est tombé en moyenne de 2,7 en 1950 à 1,6 en 2015. Dans certains pays européens, il est même très en deçà comme la Pologne ou la Grèce où il est de 1,3. En Asie, ce taux était de 5,8 en 1950, il n’est plus que de 2,1 en 2015 et devrait passer sous la barre des 2 dans les années qui viennent.

En Amérique du Nord, de 3,3 enfants par femme en 1950, on est passé à 1,9 en 2015. En Amérique latine, la chute est tout aussi spectaculaire, le ratio passe de 5,9 en 1950 à 2,0 en 2015. Seule l’Afrique connaît encore un taux de reproduction élevé mais ce taux est en décroissance rapide : 6,6 en 1950 et 4,4 aujourd’hui.

En considérant le taux net de reproduction, le nombre de filles survivantes par femme, il est clair qu’après le boom démographique que nous vivons, la population humaine se prépare à la chute.

Source : www.futuroscopie.org