*
MontbaZine 2018















l'IA... est elle intelligente ?

L’intelligence artificielle (IA) a le vent en poupe. À tel point que ses succès, et ses conquêtes, pourraient faire d’elle une grande menace pour l’humanité. L’homme, équipé de sa modeste intelligence naturelle, doit-il avoir peur d’une concurrence (déloyale?) de l’IA? Se pencher sur cette question expose à quelques surprises.

L’IA a effectué, ces dernières années, de grandes percées. Reconnaissance d’images, aide au diagnostic médical, traduction automatique, lecture sur les lèvres, assistants vocaux, compréhension du langage naturel, véhicules autonomes: nombreux sont les domaines où ses progrès sont impressionnants.

Les réseaux de neurones artificiels sont capables de reconnaître (des formes, des caractères manuscrits...); d’identifier; de classer. En quoi, alors, ces progrès sont-ils une menace pour l’homme ?

On imagine le développement de technologies s’incarnant dans des robots capables de penser comme nous, et finalement mieux que nous. Qui pourraient nous survivre, et peut-être nous remplacer... On craint le saut qualitatif que constituerait l’émergence d’une IA capable de s’améliorer elle-même, jusqu’à dépasser l’homme.

Mais l’intelligence se réduit-elle à la capacité de produire des opérations intellectuelles et à la maîtrise de procédures efficaces? L’intelligence artificielle est d’ordre technologique. "Ça marche" (pour opérer certains gestes intellectuels, et conduire efficacement certaines actions) est-il le dernier mot en matière d’intelligence ? Dans l’expression "intelligence artificielle", le terme "intelligence" est-il à sa place ? Car, au fond, qu’est-ce que l’intelligence ?

"Entre nous soit dit, bonnes gens
Pour reconnaître
Que l’on n’est pas intelligent
Il faudrait l’être."


Intelligence que l’on pourrait peut-être définir comme la conscience de ses insuffisances et de ses limites. D’où la clé du paradoxe: pour reconnaître que l’on n’est pas intelligent (que l’on ne met pas suffisamment en jeu cette conscience critique), il faut l’être, c'est-à-dire déjà être capable de conscience critique.

Source : Slate.fr