*
MontbaZine 2019
















Trop facilement accessible...

Gratuite et d’une simplicité d'accès inouïe de la pornographie peut re vue par des enfants des l'âge de 10 ans, voire moins (1) . en possession d'une tablette ou un smartphone, ils "tombent dessus" par hasard.

Effets comparables à un abus sexuel
Un débat national autour d’une question de santé publique commence à être évoqué, car des spécialistes s’alarment sur les effets dévastateurs de la pornographie sur la psychologie des enfants et adolescents, et leur sexualité ultérieure. Des effets qui seraient comparables à ceux d’un abus sexuel.

Le gouvernement vient de présenter un projet ambitieux encore techniquement flou. Il y a la loi et il y a la réalité. L’article 227-24 du Code pénal (2) prévoit déjà que la diffusion d’un message pornographique "est puni[e] de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu […] par un mineur".

Aujourd’hui, dans les portables de nos ados, les images défilent. Selon une enquête de la Fondation pour l’innovation politique de juin 2018, 21 % des 14-24 ans regarderaient des contenus pornos au moins une fois par semaine. Un chiffre « extrêmement choquant » pour Marlène Schiappa, qui a réuni un triumvirat (le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et le secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi) pour endiguer ce phénomène (3)

MontbaZine (03-08-2019)