*
MontbaZine 2019











On sait tout sur vous...

Tout le monde sait que Google, Facebook et autres GAFA listent nos commentaires sur les réseaux sociaux, scrutent nos achats en ligne et "oh miracle", dés qu'on fait une commande en ligne d'une paire de chaussettes les pubs fusent sur chacune de nos recherches Google nous proposant les plus belles, les plus formidables, les plus insolites chaussettes à de prix défiant toute concurrence. Oui nous connaissons tous ça, mais ce n'est que le haut de l'iceberg !

Ils savent tout sur vous, car vous leur avez confié votre intimité !
Au fait nous alimentons le Big Data des GAFA car nos données sont la matière première qui nourrit l'Intelligence Artificielle (IA). Beaucoup d'entre nous parlons déjà régulièrement à notre assistant Google : "Ok Google: Envoie un texto à maman pour lui dire que j'arrive en 10 minutes" (1) Et tous ces "dialogues anodins" vont tout droit dans la profondeur des data centes ou le big data conserve : mon, votre, notre dossier individuel, rempli des informations sur nous goûts, nos désirs, nos sensibilités politiques, nos orientations sexuelles, et j'en passe...

Avez vous déjà pris la peine de lire CGU (conditions générales d'utilisation de Google [6 pages]), de Facebook ou de Amazon ? Bien sûr que non, c'est bien trop long et ennuyeux, on donne notre adresse mail, un pseudo et un mot de passe et le tour est joué. Mais rien que votre adresse mail est déjà une carte d'identité, car ils on votre adresse, téléphone, âge, et votre compte bancaire.

Un exemple pratique d'utilisation de données personnelles
En 2016 la société Cambridge Analytica (2) travaille pour la campagne présidentielle de Donald Trump, et avant cela, pour la campagne pro-Brexit, ce qui débouche sur un important scandale portant sur l'"aspiration" des données de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs de Facebook à leur insu et afin de les influencer. Mais aussi selon RFI, Cambridge Analytica aurait eu des liens avec certains partis politiques indiens afin de les aider lors des élections législatives de 2014 (3).

En mars 2018, le Guardian et le New-York Times révèlent que l’entreprise Cambridge Analytica, a recueilli sans autorisation les données de 50 millions de profils Facebook. Selon les derniers chiffres, plus de 87 millions de comptes seraient finalement concernés.

La procédure est simple, on sélectionne les groupes d'électeurs selon leur orientation, goût, situation économique ou autres problèmes (tout ça se trouve très souvent "étalé en détail" sur Facebook). On définit les groupes personnes (électeurs ou non) influençables et on les bombarde avec des centaines commentaires, vidéos, caricatures et autres "fake" informations ciblèes, susceptibles à orienter leurs choix  (4). Vient de sortir sur Netflix : The Great Hack

MontbaZine (10-08-2019)