*
MontbaZine 2019














Même en France l’acquisition sans autorisation spéciale d'armes dangereuses est hélas possible, elles peuvent blesser ou occasionnellement tuer, mais servent surtout à intimider la victime en cas d'agression (3).


 

J'ai une arme donc je suis...

Deux nouvelles tueries ont ensanglanté les Etats-Unis le même week-end. A El Paso (Texas) et à Dayton (Ohio), deux villes situées à environ 2 500 km de distance, deux hommes ont sorti un fusil d'assaut à quelques heures d'intervalle, ôtant la vie à au moins 31 personnes.

De nouveaux drames qui relancent l'éternel débat sur les armes à feu outre-Atlantique. Dans le camp démocrate, plusieurs voix se sont élevées pour exiger un contrôle renforcé, à commencer par Barack Obama qui estimé "qu'un durcissement des lois "pourrait arrêter certains massacres".

En face, les défenseurs du port d'armes ne baissent pas la garde : "La NRA (1) est attachée à l'utilisation sûre et légale des armes à feu par ceux qui exercent leur liberté dans le cadre du deuxième amendement (2)."

Sollicité par FranceInfo, le groupe de pression a pour l'instant choisi de ne pas en dire plus. "Leur stratégie est de ne pas répondre à la presse après une fusillade. Lorsque la tempête politique est passée, après quelques semaines, ils reprennent leur communication", explique Robert Spitzer, professeur de sciences politiques à l'université de Cortland.

54 millions de dollars pour la campagne de Trump

La NRA, forte d'un budget de 419 millions de dollars en 2016, ne lésine pas sur les moyens lors de ses opérations de lobbying. Lors de la campagne républicaine d'il y a trois ans, le groupe de pression a dépensé 54 millions de dollars, dont 31 millions pour la campagne de Donald Trump.

Source : www.francetvinfo.fr