*
MontbaZine 2020














Covid-19 :
Comment les producteurs agricoles se réorganisent


Grands distributeurs appelés à renationaliser leur approvisionnement, producteurs qui découvrent les drive fermiers, consommateurs qui organisent des AMAP entre voisins... Avec le confinement, c'est mécanique, les Français mangent plus local. Cette tendance peut-elle être durable ? On a posé la question à la chercheuse Yuna Chiffoleau et à l’entrepreneur Sébastien Pelka.

Le 16 mars dernier démarrait en France le confinement. Outre les pharmacies et les bureaux de tabac, seuls les commerces alimentaires sont maintenus ouverts durant cette période. La crise du coronavirus a-t-elle changé nos manières de nous approvisionner en produits alimentaires, et surtout quel impact cette épidémie - et le comportement des consommateurs durant cette crise - peut avoir sur les producteurs locaux et les distributeurs ? Mangera-t-on encore local en France après le déconfinement ? On a discuté de ces questions avec deux acteurs et observateurs de l’adaptation du monde agricole et du secteur de la distribution à la crise du coronavirus.

Spécialiste des circuits courts, Yuna Chiffoleau est chercheuse agronome à l’INRA. Elle a écrit en 2019 Les circuits courts alimentaires (éd. Érès) pour démontrer l’intérêt de ces circuits « pour inventer une autre économie ». Elle co-anime un réseau au niveau national autour de l’alimentation locale, qui a lancé une enquête à propos de l’impact du Covid-19 sur l’alimentation baptisée "Manger au temps du coronavirus". Sébastien Pelka, lui, est entrepreneur, à la tête de Direct Market, une plateforme qui facilite la distribution de produits alimentaires frais en circuits courts auprès des commerçants et pour les producteurs agricoles.

  • Lisez la suite : Usbek & Rica