*
MontbaZine 2020











Conséquences du confinement

Activité physique en chute libre, sommeil compliqué à trouver, angoisses à répétition, tentation de se réfugier dans la nourriture ou devant les écrans… Primordial pour lutter contre la propagation du coronavirus, le confinement prolongé vécu par une grande majorité de Français depuis le 17 mars peut avoir des effets néfastes sur la santé mentale et physique, dont certains sont graves. Les autorités ont en outre déjà constaté une hausse des violences familiales.

Les risques. Pour les médecins que nous avons interrogés, le premier risque est psychologique. "L'impact psychologique d'une quarantaine est vaste et peut être durable", notent les auteurs d'une synthèse de la littérature sur le sujet, publiée dans The Lancet (1). "Cela expose en premier lieu à l'anxiété, en créant une situation de forte inquiétude par rapport à la maladie et de forte incertitude sur la durée du confinement", précise Wissam El Hage, professeur de psychiatrie à Tours (Indre-et-Loire) et responsable du centre régional de psychotraumatologie du Centre Val de Loire.

Cette anxiété peut générer de l'irritabilité et augmenter le risque de violences. "C'est un peu comme dans un embouteillage : alors qu'ils se comportent de manière civile le reste du temps, des gens deviennent violents dans cette situation", illustre le psychiatre. "Ils ont consommé leur stock de patience et de sérotonine, ils perdent le contrôle de leurs émotions profondes", explique-t-il.

L'anxiété peut aller jusqu'à la dépression. "Ce que décrit la littérature sur le sujet, c'est un risque de dépression, de rumination, parce que le manque de contact social finit par se faire sentir", explique Anne Giersch, directrice du laboratoire de neuropsychologie cognitive et physiopathologie de la schizophrénie à Strasbourg, qui vient de lancer sa propre étude sur le confinement. La psychiatre s'inquiète surtout pour les "personnes qui ont déjà une fragilité" mentale, plus perméables à l'angoisse ambiante et dont le suivi médical peut être rompu par le confinement.

France Info (13-04-2020)