*
MontbaZine 2020














Semences open source 2020

Le texte de loi a été discrètement publié au Journal officiel le 11 juin 2020. Il succède à un premier texte voté en 2016 mais rapidement censuré par le Conseil constitutionnel. Désormais, les artisans semenciers pourront (en toute légalité) vendre des semences non inscrites au catalogue officiel.

Cette pratique n’avait jamais été tout à fait abandonnée (une association comme Kokopelli (1) peut en témoigner) mais maintenant, elle pourra se faire plus librement, dans le cadre de la loi.

Jusqu’alors, seules les semences répertoriées par un catalogue officiel pouvaient être légalement commercialisées. Une contrainte bénie par les multinationales comme Monsanto qui a conduit à la standardisation de notre alimentation et à un appauvrissement de la biodiversité.

Autant dire que le retour officiel des semences paysannes est, pour beaucoup, une grande et bonne nouvelle.

Barbara Pompili, présidente LREM de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale, citée par le site Actu Environnement :

"Après des années de combat, la vente de semences paysannes à des jardiniers amateurs est enfin officielle ! Un grand pas pour la biodiversité."

Sa collège Frédérique Tuffnel, qui a récemment rejoint le groupe Écologie, démocratie, solidarité, se réjouit elle aussi :

"N’oublions pas que 90 % des variétés agricoles traditionnelles ne sont plus cultivées. La culture de semences paysannes permet aussi de lutter contre la standardisation des formes, des goûts et des saveurs."

Source : positivr.fr (17-07-2020)