*
MontbaZine 2021




C'est honteux : un mur découpe désormais Paris




Les forces de l’ordre ont évacué des consommateurs de crack ce vendredi 24 septembre, regroupés autour des jardins d’Eole et de Stalingrad, vers la Porte de la Villette. Un mur a été construit dans la foulée pour les dissuader d’errer dans Pantin.

"C’est le mur de Berlin". L’expression est répétée en boucle par les habitants de Pantin qui regardent, désabusés, les ouvriers poser les derniers blocs de parpaing. Désormais, la rue Forceval et son tunnel sous le périphérique sont condamnés. D’un côté Pantin, ses rues animées avec de nombreux cafés, le marché couvert et son éternel va-et-vient. De l’autre Paris, et le square de la Porte de la Villette, où sont maintenant rassemblés les consommateurs de crack de la capitale.

"Sur mon instruction, la préfecture de police évacue ce matin les toxicomanes des secteurs des jardins d’Eole et de Stalingrad. Le combat contre la drogue est un combat quotidien et j’ai entendu la colère des riverains", a commenté dans le même temps sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Sauf que la colère des riverains, comme le problème du crack, se déplace avec ses consommateurs. "Non seulement on nous impose les camés, mais en plus on nous enferme dans notre quartier, commente un jeune habitant de Pantin qui rigole nerveusement. Quand est-ce qu’ils vont arrêter de se chier dessus sérieux ?"

Un peu plus tôt, le maire PS de la ville, Bertrand Kern, est venu constater la situation, écouter les paroles des habitants effarés. "Je suis furieux car la maire d’Aubervilliers et moi-même avons été mis devant le fait accompli. On vient rajouter 150 crackeux aux Quatre-Chemins, qui est déjà une poche de misère." Il rappelle que 12 000 habitants vivent dans le quartier, et que ce n’est pas en érigeant un mur que la préfecture de police empêchera les conditions de se dégrader.

Source : www.liberation.fr