*
MontbaZine 2022











La nouvelle maison numérique
imprimée en 3D


La plupart des maisons construites aujourd'hui sont des constructions de plate-forme : des brique ou parpains sont empilés et superposés pour créer des murs avec des poteaux. Chaque étage est encadré au-dessus de l'autre. C'est rapide, relativement bon marché et facile à apprendre.

Nous vivons dans un monde où il existe un vaste besoin de logements moins chers, plus rapides et plus respectueux de l'environnement, mais il est extrêmement difficile de trouver une solution qui puisse cocher toutes les cases. Les logements imprimés en 3D peuvent-ils atteindre ces trois objectifs ? Nous n'en sommes pas encore là, mais nous y travaillons.

État actuel de la technologie des maisons 3D
L'idée d'une machine pour construire des maisons existe depuis 1930. Aujourd'hui c'est une réalité. L'intérêt des maisons imprimées en 3D est qu'en éliminant une partie du travail humain requis, elle permet une plus grande liberté dans les formes, un gain de temps et le tout à moindre coût.

Deux façons de de construire en impression 3D :
La préfabrication où les pièces sont imprimées dans une installation, idéalement proche du chantier, puis expédiées pour être assemblées par une équipe de travailleurs. Cela permet aux impressions de bénéficier d'un environnement contrôlé avec un outillage calibré et fiable.

Puis l'impression sur place implique une configuration d'une imprimante 3D géante sur le site. Au fil des années, des progrès ont été réalisés pour rendre les structures imprimantes plus rapides, plus précises, plus faciles à installer, plus facile à transporter.

Le véritable avantage de ces systèmes est qu'ils peuvent fonctionner 24 heures sur 24, imprimant en continu les structures selon les besoins. Un contrôle permanent durant l’impression pour prévenir d'éventuels bouchage des buses imprimantes est nécessaire. Des systèmes performants de contrôle vidéo à distance sont désormais utilisés. Ces systèmes de surveillance sont semblables à ceux des ateliers d'impression 3D de pièces mécaniques.

La plupart des entreprises utilisent une sorte de mélange de béton qui a été optimisé pour s'écouler proprement à travers une buse. Cependant, on peut aussi penser à la fusion de déchets plastiques (fusionnant à 200 ou 250 °C) comme alternative au béton. Recycler ces déchets abondants et encombrants est particulièrement intéressant pour remplacer le béton, matériau, dont on sait, qu'il participe à la dégradation de l'environnement.

MontbaZine (19-07-2022)