*
MontbaZine 2022










Le végétalisme est il dangereux ?

Le végétalien refuse de manger tous les produits issus des animaux. Souvent il s'agit pour lui de s'opposer à leur exploitation par l'industrie agro-alimentaire.

Mais est-il possible de concilier végétalisme et bonne santé ?
Oui, mais à la seule condition de bien connaître les techniques nutritionnistes, pour savoir quels aliments ou compléments alimentaires doivent être inclus dans le régime végétalien, afin d"éviter des carences pour l'organisme.

Le aliments interdits chez le végétaliens
Le végétalien ne peut manger aucun produit d'origine animale. Cela exclut :
la viande rouge, la volaille, le poisson, les fruits de mer, les œufs et le lait.
Sont ainsi incompatibles avec le régime végétalien : fromages, yaourts, gâteaux, pâtisseries, pâtes aux œufs, miel, etc.
Contrairement au végétarisme, le végétalisme est donc difficilement compatible avec l'équilibre alimentaire tel qu'il est défini par les autorités de santé. Toutefois, des solutions existent pour éviter les carences.

Végétalisme : quels sont les risques de carences
En vitamine B12 : C'est le principal risque rencontré par les végétaliens. En effet, c'est la seule qu'on trouve exclusivement dans les produits d'origine animale. Cette vitamine sert notamment à garder un système nerveux sain, ainsi qu'à bien assimiler les glucides et lipides.
En vitamine D, qui fixe le calcium sur les os.
En acides aminés, qui servent : à renforcer et réparer les tissus musculaires ; à assurer le bon fonctionnement de nombreuses fonctions corporelles (bonne digestion, transport de l'oxygène, etc).
En calcium, essentiel pour renforcer les os.
En fer, qui joue un rôle : dans l'oxygénation des cellules et dans l'élaboration et le maintien des fonctions cognitives (traitement et appropriation des informations), mais aussi dans la résistance à l'effort et aux infections.
En zinc, qui renforce également l'immunité et les fonctions cognitives.

Pour accorder un régime végétalien avec les besoins de l'organisme, il faut donc être très vigilant, notamment en compensant par des protéines végétales, en prenant des compléments alimentaires en vitamine B12 et D, en calcium et en fer.

À ne pas confondre végétalien et végétarien
Ainsi, conformément à l’article L. 230-5-6 du Code rural et de la pêche maritime (issu de la loi EGalim n° 2018-938 du 30 octobre 2018), les services de restauration scolaire doivent proposer au moins un menu végétarien par semaine depuis le 1er novembre 2019. Ce menu peut être composé de protéines animales ou végétales, ce n'est donc pas un menu végétalien. Au plus tard le 1er janvier 2023, dès lors qu'ils proposent habituellement un choix multiple de menus, les gestionnaires des services de restauration collective de l'État, de ses établissements publics et des entreprises publiques nationales sont tenus de proposer le choix d'un menu végétarien quotidien.
Source : alimentation.ooreka.fr